Prime Pepa : 500 euros pour aider les Français, des millions de personnes concernées

Les syndicats veulent faire entendre leur voix. Tout augmente mais pas les salaires : le point d’indice, les pensions, les allocations et les minima sociaux, dénoncent les syndicats dans un communiqué de presse. Objeko vous donne tous les détails à ce sujet.

© capture facebook

Pour gonfler le pouvoir d’achat, les syndicats veulent de grosses hausses générales des salaires, « l’augmentation des allocations et minima sociaux ou encore la revalorisation des pensions de retraite » et le gouvernement vient de faire une promesse aux Français.

Une prime Pepa mise en place fin 2018

La Prime exceptionnelle de pouvoir d’achat (Pepa), appelée également « prime Macron », a été mise en place fin 2018 à la suite des revendications des gilets jaunes. Le but affiché était d’augmenter de manière notable le pouvoir d’achat des salariés. En 2019, cette prime a permis d’accorder 2,2 milliards de pouvoir d’achat à 5 millions de salariés, qui ont touché 400 euros de prime en moyenne.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Paye Factory (@paye_factory)

 

Elle a été donnée une première fois en 2019, puis versée chaque année depuis. Ainsi, en 2022, les sociétés vont pouvoir verser à leurs salariés une prime défiscalisée et sans cotisations sociales. La prime Macron 2021-2022 doit être distribuée entre le 1er juin 2021 et le 31 mars 2022 au maximum.

La prime Macron 2022 est-elle obligatoire ?

Les patrons n’ont pas d’obligation légale de mettre en place la prime Macron. Si vous ne souhaitez pas verser de prime Macron à vos salariés, d’autres dispositifs existent pour améliorer leur pouvoir d’achat et leur donner l’envie de continuer à s’investir dans votre entreprise.

Mais alors, quelles sont les conditions de versement de la prime Macron 2022 ? Pour les entreprises qui veulent verser une telle prime à leurs salariés, elles ont la possibilité de la verser à tous les salariés de l’entreprise ou uniquement aux salariés dont le salaire est inférieur à 3 fois la valeur par an du Smic en vigueur. Depuis le 1er janvier 2022, cela équivaut à un revenu maximal de 4.809,45€ brut mensuel.

La prime profite aux salariés, y compris aux apprentis ayant un contrat de travail, aux intérimaires de l’entreprise utilisatrice et aux agents publics. Des personnes qui subissent de plein fouet l’inflation et qui voient leur pouvoir d’achat baisser.

 

Les travailleurs handicapés ayant d’un contrat de soutien et d’aide par le travail et relevant des établissements et services d’aide par le travail (Esat) peuvent aussi profiter de la prime Pepa.

Les sociétés peuvent moduler le montant de la prime selon le bénéficiaire, en fonction de la rémunération, du niveau de classification, de la durée de présence réelle, de la durée de travail indiquée sur le contrat de travail. Ces conditions doivent être appréciées sur les 12 mois avant le versement de la prime. Mais, aucun critère ne peut entraîner à une attribution discriminatoire de la prime entre les salariés. C’est important de le savoir.

Les congés maternité, paternité, adoption et le congé parental sont pris en compte comme temps de travail réel. Il n’est pas possible de baisser la prime des salariés ayant profité de ces congés au seul motif de leur absence.

Une prime qui ne doit pas remplacer une hausse de salaire

A noter également que la prime ne doit pas avoir vocation à remplacer des hausses de salaire, ni des primes prévues par un accord salarial, par le contrat de travail. Jusqu’au 31 mars 2022, cette prime, également nommée « prime Covid défiscalisée » est exonérée jusqu’à 1000 euros pour les sociétés de 50 salariés et plus, n’ayant pas d’accord d’intéressement.

Ainsi, si vous décidé de donner une prime exceptionnelle d’un montant supérieur à 1.000 euros (ou 2.000 euros si vous répondez aux conditions), la partie qui dépasse est soumise à l’impôt sur le revenu et aux cotisations et contributions sociales dans les conditions classiques.

De plus, si vous attribuez la prime Macron à l’ensemble de vos salariés, l’exonération ne devra s’appliquer qu’aux primes accordées aux salariés dont le salaire perçu au cours des 12 mois précédant son versement n’excède pas 3 fois le Smic annuel. Dans les semaines et mois à venir, Objeko ne manquera pas de vous parler des sujets liés à votre vie quotidienne et au pouvoir d’achat des ménages.