Si vous avez ces pièces de 2 euros, vous avez beaucoup de chance : elles valent une petite fortune

Regardez bien vos pièces de 2 euros : peut-être que l'une d'entre elles vaut beaucoup plus que la valeur faciale ! On vous explique !

© Capture Facebook

Certaines pièces valent beaucoup plus que leurs valeurs faciales. En effet, votre porte-monnaie ou votre tirelire cachent peut-être des trésors. Découvrez toutes les pièces que vous devez à tout prix garder précieusement, car elles représentent une petite fortune. Vous êtes peut-être riches sans le savoir.

Des pièces de 2 euros qui valent de l’or, c’est possible !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Den (@denyves3)

Certaines pièces de deux euros sont vraiment spéciales. En effet, vous devez bien les observer avant de vous servir. Peut-être que vous êtes même déjà tombés sur des pièces qui valent très cher sans le savoir. Quel dommage ! En tout cas, aujourd’hui, grâce à cet article, vous saurez tout sur les pièces de deux euros que vous devez conserver comme des biens précieux. Les journalistes du site web spécialisé Info Collection nous expliquent que lorsque ces pièces ont une erreur, ou si elles viennent d’un tirage de pièces commémoratives, leur valeur réelle est bien plus élevée que les deux euros. Alors, c’est parti pour faire le fond de votre tirelire ?

C’est la rareté d’une pièce qui fait tout !

Certains pays possèdent des pièces qui représentent une grande valeur. Par exemple, c’est le cas pour les pièces de deux euros issues du Vatican, de Monaco, de Saint-Marin ou de Lettonie qui peuvent être revendues très cher. En effet, une pièce peut valoir jusqu’à plus de 1000 euros. Par ailleurs, les premiers euros finlandais qui datent de 2004 intéressent aussi les collectionneurs, même s’ils sont estimés à une plus faible valeur de 60 euros.

Les pièces européennes ont la cote !

Certaines pièces d’origine grecque sont rares et donc ont une valeur au-dessus de leur valeur réelle. Par exemple, c’est le cas des pièces produites entre 2004 et 2007 qui valent le double, soit quatre euros.

Par ailleurs, une pièce de deux euros des Pays-Bas qui date de 1999 avec le portrait de la reine Beatrix peut être revendue trois euros. Encore plus insolites, 30 000 pièces de deux euros allemandes qui datent de 2008 valent des centaines d’euros, car elles ont une erreur sur leurs dessins. En effet, les frontières des pays de l’Union européenne n’ont pas été représentées. C’est la première fois dans le monde professionnel qu’une erreur nous fait gagner de l’argent. C’est l’erreur qui fait la rareté !

Leur valeur varie selon plusieurs critères

En effet, la valeur des pièces de deux euros rares dépend de l’origine, de l’année de production et aussi de l’état de la pièce. D’après les éléments d’Info Collection, elles peuvent valoir de trois euros à plus de 1000 euros. Par exemple, c’est le cas des pièces monégasques de 2007 qui ont été diffusées à 20 000 exemplaires pour le 25e anniversaire de la mort de Grace Kelly. Pour les pièces commémoratives de deux euros françaises, celles-ci représentent, la plupart du temps, entre 3 et 10 euros si elles sont dans un état neuf.

Peut-on vendre sa monnaie rare ?

En effet, si vous avez la chance d’avoir une pièce rare en votre possession, vous pouvez soit la conserver, soit la revendre sur les sites spécialisés comme eBay, Rakuten Shopping, Numiscorner, Catawiki ou encore Delcampe. Vous trouverez forcément des collectionneurs intéressés si votre pièce est rare. Vous avez aussi la possibilité de faire une vente aux enchères pour avoir la meilleure offre possible. L’idéal est quand même de vous rendre dans un magasin spécialisé numismatique. En effet, un spécialiste va estimer la valeur de votre pièce de monnaie et pourra vous la racheter.

L’expert pourra déterminer sa valeur de manière plus précise, comme l’explique Olivier Goujon, numismate. « Certains détails sont tellement précis qu’ils ne peuvent être évalués que par un collectionneur », déclare-t-il. Ce dernier conseille d’aller consulter au moins deux professionnels du métier pour être certain, car « le marché est complètement libre et concurrentiel ».