Sophie Davant : Ce médecin à qui elle ne pardonne pas, en colère, elle dévoile l’agonie de sa maman

Sophie Davant vient de sortir un livre dans lequel elle met en lumière le décès de sa mère. Elle pointe notamment du doigt sa fin de vie extrêmement difficile et garde de la rancœur contre le médecin qui lui annonçait sa mort imminente.

Sophie Davant : Ce médecin à qui elle ne pardonne pas, en colère, elle dévoile l'agonie de sa maman
© JLPPA/ABACA

Sophie Davant ne se présente plus. Animatrice phare d’Affaire Conclue, cela fait plus de 20 ans qu’elle fait de la télévision. Pourtant, malgré son succès et toute l’affection que lui porte le public, elle a su rester très discrète sur sa vie privée. Néanmoins, au détour de cet ouvrage, qu’elle vient d’être publié aux éditions Albin Michel, qui s’intitule Tout ce qui nous lie, Sophie Davant fait fort en confidences.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Sophie Davant (@sophie_davant)

La célèbre animatrice ouvre son cœur et revient sur une période difficile de sa vie. Non seulement celle du deuil de sa mère, mais surtout celle de sa fin de vie. En effet, elle n’avait que 20 ans et il était très difficile pour elle de se monter forte afin que sa mère garde courage. Sophie Davant est également en colère. Non pas contre sa mère mais contre la maladie. Et aussi contre le médecin qui lui annonçait brutalement que tout était fini. Objeko vous dit tout !

Sophie Davant parle de ces souffrances enfouies qui l’accompagnent au quotidien

Grandir sans sa mère est terrible pour n’importe quel enfant ou jeune personne. Sophie Davant a dû faire cette expérience à 20 ans. Au détour de nombreuses interviews elle détaillait à quel point sa mère lui manquait. Elle ne l’a jamais vue accomplir ses prouesses professionnelles, ne connaît pas ses enfants et n’était pas là aux tournants de sa vie quand elle aurait eu milles questions à lui poser. Mais grâce à sa force de caractère, Sophie Davant s’en sort très bien. Et si elle ne se tourne pas constamment sur le passé, elle sait qu’il l’accompagne toujours. En effet, la douleur d’avoir perdu sa mère est un deuil qui ne se termine jamais vraiment. D’autant qu’elle devait faire en sorte de contenir sa peine en face de sa maman qui vivait ses derniers instants.

Sophie Davant connait les deuils et connait la douleur. Mais elle n’a jamais vraiment aimé en parler. Elle fait sans doute partie de ces gens qui estiment que parler d’eux invite l’audience à éprouver de la pitié. Et il est hors de question qu’elle se lamente ou qu’elle se plaigne. Elle sait que la souffrance ne lui appartient pas et qu’il faut faire preuve de dignité. Sophie Davant avait donc longtemps refusé de s’étaler sur sa vie personnelle. En revanche, avec son livre, il semble qu’elle ait trouvé un moyen de le faire en gardant le contrôle. Objeko vous parie que ce ne sont pas ses fans qui trouveront le moyen de s’en plaindre.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Sophie Davant (@sophie_davant)

Des émotions à fleur de page

Dans le livre de Sophie Davant, le public va découvrir des témoignages bouleversants mais aussi son combat qui est né de l’adversité. Car elle décide qu’il est important de rappeler aux médecins qu’ils ont des êtres humains en face d’eux. Une approche plus psychologique est donc souhaitée, même si cela devient plus difficile pour les médecins de se détacher des pathologies de leurs patients.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Sophie Davant (@sophie_davant)

Nous sommes en mai 1983 et Sophie Davant apprend que sa mère va mourir. En effet, elle se battait contre un cancer qui est devenu beaucoup trop fort au terme de deux ans de rémission. C’est lors d’un examen de contrôle que le monde de Sophie Davant s’effondre. Sa mère a des mots crus pour le lui annoncer, ceux que le médecin a employé pour l’informer du pire.

L’animatrice d’Affaire Conclue se rappelle mot pour mot de cette phrase qui doit parfois résonner dans son esprit. « Je suis foutue, voilà ce qu’il m’a dit, je vais avoir besoin de toi » disait-elle à sa fille. Aussi, Sophie Davant est persuadée que si le médecin avait eu des mots plus doux, sa mère aurait eu le courage de se battre et ne serait pas morte si rapidement. En effet, elle écrit dans son livre : « Maman a baissé les bras et décidé de refuser les prochains traitements prévus (…) Cette manière odieuse de vomir son diagnostique a probablement contribué à écourté le temps de survie de maman. Six mois plus tard, elle n’était plus là… ». 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Sophie Davant (@sophie_davant)

Enfin, Sophie Davant raconte avoir dû « ravaler ses larmes » pour montrer à sa mère qu’elle pouvait compter sur elle. Jamais elle ne pourra oublier ce moment de sa vie. Objeko ne doute pas que même 30 ans après, l’émotion est toujours aussi vive au souvenir de ces moments terribles.


Julie Bourdin

Julie Bourdin - Rédactrice web passionnée par la culture et par l’actualité. Je me fais un devoir de tenir mes lecteurs informés sur les dernières news.