Stéphane Bern en deuil : l’animateur dévasté par la mort de son frère

Stéphane Bern s'est emparé de ses réseaux sociaux pour rendre un vibrant hommage à son grand frère parti trop tôt. La Toile pleure avec lui la disparition d'un homme brillant qui avait encore de belles années devant lui...

© La rédaction Public-Stéphane Bern en deuil : l’animateur dévasté par la mort de son frère

Stéphane Bern est en deuil et ses fans ont conscience qu’il s’agit du deuxième en l’espace de six mois. En effet, six mois avant le décès de son frère, l’animateur si apprécié des Français perdait son père, Louis.

 

Cette année est décidément une année très difficile pour Stéphane Bern. Heureusement, il peut compter sur le soutien de son mari et sur celui de ses proches. Mais de telles épreuves ne se surpassent qu’avec le temps. Objeko adresse également toutes ses condoléances à l’animateur.

 

 

Stéphane Bern est bouleversé par le décès de son frère

 

Dans son hommage poignant, Stéphane Bern indique qu’il s’adresse directement à son frère disparu, Armand. Et c’est en effet déjà bouleversant pour la plupart de ses abonnés et de ses proches. Objeko vous l’accorde, il aurait été difficile d’imaginer que l’animateur ne soit pas capable de toucher ses lecteurs en plein cœur lors d’une tel événement…

 

« On s’était jurés qu’on resterait unis pour la vie et la mort nous a séparés ce 6 août. Tu es parti trop tôt, à un mois de ton 60e anniversaire, après avoir lutté courageusement contre le mélanome qui a fini par l’emporter. Pudique et modeste, humble et taiseux, mais terriblement sensible, tu n’aimais pas les épanchements. Et me laissais prendre la lumière pour mieux rester dans l’ombre. Mais en vérité tu étais le pilier de notre famille, le roc, l’aîné et le bon génie vers lequel on se tournait. » débutait-il son message.

 

 

« J’ai besoin aujourd’hui de dire publiquement quel mari, père, fils et frère extraordinaire tu étais dans ta grande simplicité. J’étais fier d’avoir un frère aîné de 14 mois plus âgé qui avait eu le bac à 16 ans et Polytechnique à 19 ans (X81). Brillant ingénieur, collaborateur attentionné et humain, tu étais apprécié dans les sociétés pour lesquelles tu travaillais, dont ‘Lear’ ou ‘Safran’. », ajoutait Stéphane Bern.

 

Un discours qui bise le cœur

 

« Ton intelligence m’impressionnait, ta capacité de travail, ton immense culture, ta gentillesse, ton humour et ta grande générosité. A peine six mois après la mort de papa, je perds avec toi une partie de moi-même. Mon modèle, mon exemple. Tu étais le dernier témoin de notre enfance heureuse, le dernier avec qui je pouvais partager nos souvenirs. Je me sens perdu sans toi, je ressens un sentiment de vide absolu, vertigineux. », poursuivait Stéphane Bern avec émotion.

 

« Tu laisses un vide immense dans le cœur de ceux qui te chérissent, ton épouse Jocelyne aimante et dévouée, tes trois merveilleux enfants, tes deux petits-fils et un troisième petit-enfant à naître. Je te fais le serment d’être fidèle à ta mémoire, d’être pour eux un autre père. La seule mort, c’est l’oubli. Je t’honorerai et t’aimerai jusqu’à ma propre mort. », concluait-il avant de signer : « Ton frère Stéphane ».

 

Enfin, Stéphane Bern invite les personnes qui l’on aimé, qui l’on connu et toutes celles qui veulent honorer sa mémoire à faire un don pour la recherche. Ainsi, les lecteurs d’Objeko qui le souhaitent pourront eux aussi lutter contre la maladie qui a emporté Armand en faisant un don à la Fondation de la Société Française de Dermatologie.