Sylvie Vartan au plus mal, pas rassurée du tout, elle révèle son énorme angoisse

Sylvie Vartan est en pleine promotion de son livre de souvenirs. Et parmi les plus affreux, il y a cette phobie qu’elle essaie de dissimuler depuis tellement d’années à son public. Cette fois, la coupe est pleine, elle va tout déballer et surprendre tout le monde !

Sylvie Vartan au plus mal, pas rassurée du tout, elle révèle son énorme angoisse
© KCS

Sylvie Vartan fait le bilan de sa vie professionnelle et personnelle. Elle n’a pas manqué d’amour. Par contre, de courage, oui certainement !

Sylvie Vartan au plus mal !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Sylvie Vartan (@sylvievartanofficial)

Sylvie Vartan est à la croisée des chemins. En effet, elle semble n’avoir plus rien à prouver à son public. Or, plus le temps passe et plus les souvenirs remontent à la surface. Comblée par ceux vécus avec Johnny Hallyday ou par l’amour indéfectible que lui portent ses fans, elle estime qu’il est temps de tout (leur) dire. Donc, grâce à deux journalistes, elle couche tout sur papier et fait publier Le tourbillon d’une vie. On avait l’habitude de chanter ses tubes. Maintenant, on va découvrir un peu plus en détail sa personnalité. Chez Objeko, nous l’avons déjà abordé dans différents articles. Par exemple, nous pensons à celui où elle racontait qu’elle était pressentie pour avoir le premier rôle dans le film collector Les Parapluies de Cherbourg ! Or, à cause de la jalousie du Taulier, elle a dû abandonner ce projet ! Qu’à cela ne tienne, elle a tellement de talent qu’elle a su rebondir et s’inscrire à jamais dans le paysage.

Cette peur panique qui aurait pu l’handicaper

Invitée sur tous les plateaux de télévision, mais aussi sur les ondes, Sylvie Vartan a choisi Europe 1 pour parler de sa plus grande peur. Eh oui, même avec autant d’années de carrière, elle continue à souffrir de cette phobie. Dès lors, elle décide de ne pas en dévoiler la cause. Tout ce qui va découvrir, c’est une facette plus sombre de son caractère.

Malgré cette virée en voiture aurait pu finir en drame, Sylvie Vartan continue de sillonner les routes de France. En tout cas, elle choisit toujours avec soin son moyen de locomotion. Contre toute attente, plus elle évite l’avion, mieux elle se porte ! Or, Objeko sait que son havre de paix se trouve à Los Angeles. Comment faire pour temporiser ses angoisses sans y laisser des plumes ?

Entre Paris et sa ville de cœur, il y a environ une demi-journée de voyage. Ça fait long quand on a peur du décollage à l’atterrissage. Au début, elle essaie de tourner sa confidence au troisième degré. Au lieu de sélectionner le pays de l’oncle Sam comme refuge, elle aurait pu choisir l’Australie qui au moins le double en termes de trajet !

La technique de Sylvie Vartan pour se rassurer

Son second degré ne suffit pas à convaincre les auditeurs. Ceux qui ont une phobie similaire aimeraient comprendre comment elle a réussi à faire avec tout ce temps ! A-t-elle été consulté un psychologue spécialisé dans la lutte contre nos peurs enfouies ? Utilise-t-elle des médicaments pour diminuer ses tourments ?  « C’est toujours pareil, je le connais par cœur le voyage. C’est tatoué dans mes cellules. Je sais exactement ce que je survole, même si je dors […] Je sais toujours où je me trouve […] Je suis un vrai GPS » Là encore, Sylvie Vartan choisit l’humour pour s’en sortir sans faire de vague. Pourtant, on imagine à quel point le stress doit monter la veille d’un retour en fanfare ! Du haut de ses soixante-seize printemps, elle s’organise avec les moyens du bord. En fait, elle compte sur ses repères pour se rassurer comme elle le peut. Et c’est bien d’avoir au moins le courage de le reconnaître !

Quand on fait un aussi trajet, on a accès à la carte en direct. Sylvie Vartan n’a pas besoin de la regarder. En vol, elle alterne entre le sommeil et la lecture. Et puis qui sait, au cours de ses nombreuses virées, on l’a sans doute reconnue. Peut-être est-elle tombée sur des hôtesses ou des pilotes qui ont réussi à apaiser ses tourments ? Pour celle qui se « sent chez elle partout sauf dans l’avion » elle a enfin le moyen d’exorciser le mal grâce à l’écriture ! Suite au prochain numéro d’Objeko, bien sûr !


Deborah Attias

Je suis passionnée par les mots, le métier de rédactrice Web s’est dévoilé comme incontournable il y a plus de 8 ans. Je n’hésite pas à partager mon avis sur tous les sujets notamment la politique, la télévision et les people.