Terribles drames à l’hôpital : 2 patientes âgées victimes de sévices chocs

Un homme est activement recherché par la police après avoir vi*lé deux patientes dans l'hôpital...

© Pexels-Terribles drames à l’hôpital : 2 patientes âgées victimes de sévices chocs

Le 27 juillet dernier, deux femmes de 78 et 68 ans ont été violées dans leur lit de l’hôpital Max-Fourestier, à Nanterre. Le suspect, qui aurait une quarantaine d’années, est toujours activement recherché par les services de police. Ne vous inquiétez pas, la rédaction d’Objeko, va tout vous dire sur le sujet. Vous êtes prêts ?

Une matinée d’horreur dans l’hôpital

C’est une sordide affaire que nous allons vous raconter aujourd’hui. Le mercredi 27 juillet au matin, deux femmes ont été vi*lées alors qu’elles se trouvaient dans leur lit de l’hôpital Max-Fourestier, à Nanterre. Les viols subis du même homme, se déroulés à une trentaine de minutes d’intervalle. D’après les dires de nos confrères du Figaro, le premier vi*l a eu lieu à 9h30 sur une patiente de 78 ans, puis un second à 10 heures, sur une patiente de 68 ans.

Alertées dès le premier viol, les autorités ont été mobilisées immédiatement. Ils ont notamment décidé de lancer les recherches à l’intérieur de l’établissement. Malheureusement, l’intrus a réussi à prendre la fuite. Pour autant, les policiers savent que le suspect est un homme d’une quarantaine d’années. Et d’après une source proche du dossier, il est étranger à l’établissement. Ainsi, de nombreux moyens sont déployés pour retrouver sa trace.

Un témoin dans la chambre de l’une des victimes

Si le suspect est toujours activement recherché, nos confrères du Parisien ont retrouvé le neveu d’une patiente. Ce dernier affirme haut et fort que sa tante a été témoin de l’une des agressions : »Ma tante âgée de 84 ans était hospitalisée dans la même chambre du service de médecine interne que cette septuagénaire, qui souffre de la maladie d’Alzheimer. Ce jour-là, elle a vu un homme d’une quarantaine d’années entrer dans la chambre et monter sur son lit pour abuser d’elle« .

Et selon le neveu, sa tante aurait tout fait pour alerter le personnel. Malheureusement, personne n’a entendu les appels : « Malgré les appels à l’aide de ma tante, aucun membre du personnel hospitalier n’est venu et le violeur a pu prendre la fuite. Nous avons ensuite appris que dans une autre chambre une autre personne âgée avait aussi été violée par ce suspect, qui serait un patient du service de psychiatrie« .

L’hôpital a décidé de renforcé ses consignes de sécurité

Face à ce témoignage, l’hôpital de Nanterre a renforcé ses consignes de sécurité. Notamment pour pour sensibiliser les équipes à la sécurisation des services de soins, notamment de nuit. L’établissement a assuré avoir également mis en place des mesures complémentaires de sécurité. Comme un renforcement des contrôles à l’entrée de l’hôpital et des rondes plus fréquentes des agents de sécurité. En faisant tout cela, ils espèrent limiter les intrusions et éviter à tout prix qu’un tel drame ne se produise de nouveau.