Tout savoir sur le bon cholestérol (HDL) et comment l’augmenter

Une distinction se fait entre le mauvais et le bon cholestérol. S'il convient de limiter le mauvais, peut-être convient-il d'augmenter le bon ? Faites le point avec "Objeko".

© Capture Facebook

Le bon cholestérol (HDL) et le mauvais cholestérol (LDL) ne sont en réalité pas si différent l’un de l’autre. En effet, ils appartiennent tous les deux à la même molécule. Le premier terme indique simplement que la molécule contient une haute densité de lipoprotéines. Le second une densité basse. Ces deux termes font référence aux transporteurs de cette molécule unique dans le sang. Or, lorsque le mauvais cholestérol est présent en trop grande quantité, il stagne dans les artères et risque de les obstruer. Augmentant ainsi les risques de maladies cardiaques et cardiovasculaires. Tandis que le bon cholestérol a pour rôle de capter les excès dans le sang. Il va ensuite les transporter vers le foie pour qu’ils soient éliminés.

Enfin, comme toutes les valeurs des molécules actives dans notre organisme, elles sont mesurables. Et il est souhaitable de ne pas les constater son taux de bon cholestérol (HDL) en carence ou en excès. Aussi, Objeko ne vous surprendra pas en vous disant que l’alimentation à un impact important sur ces valeurs. Découvrez alors quelles sont les valeurs recommandées par les spécialistes. Puis, comment faire pour augmenter naturellement le taux de bon cholestérol (HDL).

Comment définir le bon cholestérol ?

Le cholestérol HDL sera donc différencier du LDL. Et c’est le HDL qui sera qualifié de « bon ». Comme Objeko vous le disait plus haut, le HDL va transporter la molécule pour lui permettre d’être éliminée. Ainsi, les artères ne seront pas obstruées et ne mettront pas l’organisme en danger. Mais il convient tout de même de noter que « bon » et « mauvais » sont des termes  qui ne sont pas du tout neutre. Pourtant, le bon et le mauvais cholestérol ne font que remplir leurs rôles. De plus, parler de cholestérol HDL revient à parler de cholestérol usé. Néanmoins, étant donné que le LDL peut devenir dangereux si il est présent en excès, il sera plus simple de l’indiquer comme étant mauvais pour l’organisme.

La seule façon d’avoir un impact sur les taux de cholestérol HDL et LDL dans le sang, c’est de modifier son alimentation. En adaptant son hygiène de vie et en adoptant un régime alimentaire équilibré, nous avons en effet toutes les chances d’avoir des valeurs excellentes lors des prochains bilans. Mais justement, avant d’opérer des changements, il est préférable de demander ces bilans en amont. Votre médecin pourra vous prescrire les prises de sang nécessaires. Avec les résultats de celles-ci, vous connaîtrez avec précision le taux de cholestérol HDL et le LDL. Et il saura aussi vous dire comment augmenter ou faire baisser ces taux si cela est nécessaire.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par nutriting (@nutriting)

Ce type de contrôle peut se faire spontanément, sur requête auprès de votre médecin traitant. Mais elle peut aussi se faire à sa demande. En effet, une fois l’âge de 20 ans atteint, il convient de procéder à ce type d’examen de contrôle tous les 5 ans environ. Ces contrôles des taux de cholestérol permettent de prévenir les problèmes cardiovasculaires ou cardiaques.

Comment augmenter son taux HDL ?

Le cholestérol présent dans l’organisme est principalement généré par le foie. Cependant, certaines maladies impliquent qu’il soit produit insuffisamment ou en excès. Dans ces cas de figure, une alimentation équilibrée ne suffira pas à pallier au décalage. Des spécialistes sauront vous orienter. Pour les situations les plus banales, l’alimentation peut en effet suffire à réguler les taux de cholestérol dans le sang. Cependant, il sera quasiment impossible de n’augmenter que le « bon » cholestérol. Etant donné que le « bon » et le « mauvais » appartiennent à la même molécule.

Aussi, ce ne sont pas seulement des taux arbitraires qu’il faudra surveiller, mais le rapport entre le taux HDL et le LDL. Le tout en prenant compte des facteurs de risques. Les recommandations de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Affsaps) sont les suivantes, en sachant que le cholestérol total devra être inférieur à 2,00 g/L (ou 5,0 mmol/L).

  • Cholestérol HDL : compris entre 0,40 g/L et 0,60 g/L (ou entre 1,0 mmol/L et 1,5 mmol/L),
  • Cholestérol LDL : la valeur attendue tient compte des facteurs de risque.

Une carence ou un excès du taux de cholestérol HDL sera à surveiller de près. Mais dans l’ensemble, Objeko vous rappelle qu’un tiers de cette molécule complète arrive dans notre organisme par l’alimentation. Si nous devons la limiter, il faudra donc faire attention à consommer du poisson, des légumes, des fruits et des céréales. De même, il conviendra de limiter la consommation de viandes et de produits d’origine animale.