Un enfant de 5 ans jeté dans une rivière, frappé à mort par sa mère, son compagnon et un adolescent

A chaque fois qu'un fait-divers touche un enfant, le naussée monte d'un cran. Aussi, chez Objeko, nous faisons le point et vous racontons les tenants et les aboutissants de cette sombre histoire !

©dk news

Tuer un enfant de 5 ans ce n’est absolument pas concevable. Les circonstances du drame sont encore plus tragiques qu’on osait l’imaginer !

Un enfant mort pour rien ?

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Donkey Junk (@donkeyjunkmedia)

Quand on découvre la photo de cet enfant, on sourit à cause de son côté insouciant. D’ailleurs, ceux qui ont aperçu ou connu Logan Mwangi sont unanimes. Il était certes « bavard« , mais il était toujours « poli et gentil« . Après tout, il n’avait que cinq ans. Donc, comment imaginer qu’on veuille lui faire du mal au point de le faire disparaître de la circulation ? La découverte de son c*rps mort dans la rivière Ogmore, non loin de sa maison à Bridgend, émeut le monde entier. D’ailleurs, vu sa silhouette chétive, les enquêteurs estiment qu’il « n’a eu aucune chance » face à ses meurtriers. Ce genre de détails mettent des frissons… mais ce n’est pas malheureusement la seule fois que vous en aurez en lisant cet article. Accrochez-vous cher ami d’Objeko, bouclez votre ceinture, nous rentrons dans une zone de turbulence.

Quel choc !

Grâce à nos confrères du journal The Sun, Objeko a de plus amples informations sur l’autopsie. Comme toujours lorsque notre équipe aborde des faits divers, nous vous mettons en garde. Rappelez-vous à quel point l’affaire Delphine Jubillar est encore à la une de l’actualité. Aussi, toutes les âmes sensibles devraient s’abstenir de lire ce paragraphe digne d’un film d’horreur. Tout d’abord, les légistes dénombrent plusieurs « blessures graves« , dont une cinquantaine située au niveau « du visage, torse, jambes et bras » de cet enfant. Quant aux lésions des organes internes ainsi qu’au cerveau, elles donnent le tournis. Dans leur rapport, les scientifiques n’hésitent pas à faire un pronostic sur le déroulement du drame. C’est soit une « chute vertigineuse » ou bien à accident de la circulation, à condition que le véhicule soit lancé « à très grande vitesse« .

Lorsque les policiers ont découvert l’âme sans vie de cet enfant,  sa mère Angharad Williamson recherchait activement son fils. Aujourd’hui, de victime elle devient bourreau. À cause de son attitude déchirée par le chagrin, personne n’aurait pu anticiper qu’elle bascule en tant que principal suspect. Mais ce n’est pas la seule qui aurait assisté à la lente agonie de Logan. Son mari John Cole ainsi qu’un jeune homme de moins de quinze ans étaient également sur place. C’est un cauchemar. Comment des gens à priori sans histoire ont-ils pu commettre quelque chose d’aussi atroce ? Nul ne le sait et le mystère reste entier.

Et là, c’est le drame !

Tout commence au début du mois d’août dernier. Visiblement, la famille de cet adorable petit garçon aurait inventé un scénario machiavélique avant de se débarrasser de lui. D’ailleurs, ce n’est pas pour rien que l’accusation campe sur ses positions et insiste sur ce point. Elle précise « que Logan est décédé des suites d’une agression brutale. » Après le déchaînement de violence qu’Objeko vous décrivait plus haut, les deux hommes auraient utilisé ce qu’ils avaient à disposition. Donc, déduction faite, seule la rivière permet de se débarrasser du corps. Quant au pyjama souillé de l’enfant, ils font également tout pour le dissimuler. Comble de l’horreur, alors qu’elle feignait la tristesse ou l’angoisse, la mère de famille semblait parfaitement connaître ce qui se tramait en coulisses. D’un côté, elle collait des affiches pour retrouver Logan. De l’autre, elle donnait les instructions à ses complices.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Donkey Junk (@donkeyjunkmedia)

En accusant quelqu’un d’autre du rapt de Logan, la génitrice de ce petit garçon enfonce le cou et ne fait que clamer son innocence. Ses complices ont également la même stratégie. En fait, ce qui aurait précipité la chute de ses monstres, c’est le témoignage des voisins. À peine quelques heures avant la tragédie, on l’aurait vu en pleine crise de démence et en train de maltraiter l’adolescent. Que s’est-il passé pour qu’ils en viennent aux mains ? Faisons confiance aux policiers puisque l’enquête le déterminera avec précision. Toujours est-il, qu’au lieu de reconnaître les faits, le trio infernal continue envers et contre tout de nier. Au bout d’un moment, ils finiront par se trahir ou vouloir sauver leur peau. Qui aura le dernier mot dans cette sombre histoire ? Promis dès qu’on en sait un peu plus, on vous tient au courant. Aussi vite que possible, on vous donne la suite dans le  prochain numéro d’Objeko !

Merci à nos confrères du journal The Sun