Un homme condamne sa banque suite à cette arnaque à la carte bleue, une victoire pour la victime

Un homme de plus de 70 est victime d'une arnaque à la carte bleue. Sa banque refuse de rembourser le vol, il va donc l'attaquer en justice. Découvrez comment il obtient gain de cause.

© sudouest

Un homme de plus de 70 ans décidait d’assigner sa banque devant les tribunaux. C’est déjà une histoire peu banale. Mais non seulement il assignait le Crédit Mutuel en justice, il a récemment obtenu gain de cause comme l’expliquent nos confères du magazine Capital. En effet, il a été la victime d’une arnaque à la carte bancaire. Le compte en banque de ce septuagénaire a été siphonné par des malfaiteurs et il a donc demandé à sa banque de faire opposition aussitôt qu’il apprenait les faits. Ensuite, il demandait à sa banque de lui rembourser la somme qui lui avait été dérobée. Mais le Crédit Mutuel a refusé d’accéder à la requête de son client. Dès lors, un bras de fer judiciaire s’est engagé. L’homme victime de cette arnaque assignait donc sa banque devant les tribunaux. Et Objeko vous donne tous les détails de cette affaire.

Un homme remporte une bataille juridique contre sa banque

C’est donc un septuagénaire qui fait parler de lui dans la presse. Et pour cause, il est porteur d’un message qui risque de faire changer les choses. En effet, le tribunal a statué dans le sens de cet homme par deux fois déjà. Et cela pourrait constituer un précédant dans les affaires de ce genre. Car, les arnaques à la carte bleue sont nombreuses. Des milliers de Français font face à ce phénomène. Les arnaques peuvent être des vols d’informations bancaires, des vols de carte ou encore des détournements habiles. Or, parfois, les clients des banques ne peuvent que subir ces situations. Il est effectivement difficile pour les victimes de ces arnaques de se faire rembourser les sommes qui leur ont été volées. Dans le cas de cet homme de plus de 70 ans, il s’agissait d’un montant de 3 500 euros.

Avant que Capital ne révèle cette affaire dans les colonnes de son magazine, ce sont les journalistes de L’Union qui partageaient cette information. Et chez Objeko, nous ne doutons pas que ce récit va interpeller nos lecteurs également. En effet, un homme qui obtient gain de cause face à sa banque, c’est un phénomène qui mérite une forme de reconnaissance. Pour commencer à évoquer les nombreux détails de l’histoire de ce septuagénaire, revenons en août 2020. C’est à cette période que le compte en banque de ce monsieur a été illégalement siphonné par des malfaiteurs. Le Crédit Mutuel ne s’est pas rendu compte que cela pouvait être des dépenses irrégulières. Et cela va jouer contre la banque.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Crédit Mutuel (@creditmutuel)

À la fin de l’été 2020, ce sont donc 3 500 euros qui disparaissent du compte bancaire de cet homme de plus de 70 ans. Dès qu’il découvre cette situation, il contacte sa banque pour faire opposition à sa carte bancaire et signaler le vol. Ensuite, il entame une démarche de remboursement de la somme qui lui a été dérobée. Mais le Crédit Mutuel refuse alors d’accéder à sa requête.

Une procédure fastidieuse mais payante

L’homme victime d’un vol, et visiblement d’une arnaque à la carte bancaire, refuse d’en rester là. Il contacte alors une avocate et elle va l’accompagner dans un combat judiciaire de longue haleine. Un premier procès voit ensuite le jour. Les éléments apportés par le septuagénaire et son avocate font le poids face à ceux que présentent le Crédit Mutuel. Le premier jugement est donc favorable à cet homme en première instance. Mais la banque fait appel de la décision juridique et un procès en appel prend donc place. Là encore, les éléments sont sensiblement les mêmes et la banque est donc tenue de rembourser l’intégralité de la somme dérobé à son client. Sans dommages et intérêts par ailleurs.

Selon les informations de L’Union et de Capital, le procès prenait en compte le caractère faillible de la sécurité de la banque du septuagénaire. Mais également le caractère évident que cet homme n’avait pas pu lui-même retirer cette somme. En effet, le retrait a été fait à l’étranger alors que la victime était en France. Enfin, pour l’avocate du client du Crédit Mutuel, c’est une avancée notable pour les victimes d’arnaques à la carte bleue. Selon elle, le juge a statué au cas par cas et cela a bénéficié au septuagénaire.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Journal Options (@journaloptions)

Ce dernier se félicite donc de s’être battu rapportent enfin les confrères d’Objeko. Mais ils rappellent aussi que le combat va peut-être devoir se poursuivre. En effet, la banque pourrait une nouvelle faire contester la décision judiciaire et remettre en cause sa victoire devant les tribunaux.