Une boutique Chanel à Paris vandalisée, une star internationale mêlée à l’affaire

4 minutes. C'est le temps qu'il a fallu aux faussaires pour dérober le contenu de cette bijouterie Chanel. Alors que la police cherche encore les 4 malfrats, on évoque cette célèbre actrice. Où, quand, comment, pourquoi ? Objeko fait le point sur cette pénible histoire.

Crédit : BERTRAND GUAY / AFP

Ce récent cambriolage d’une boutique Chanel va avoir d’énormes répercussions sur les clientes, et notamment la plus célèbre d’entre elles !

Chanel dans la tourmente !

Dans l’esprit des touristes fans de joaillerie, l’endroit à visiter en priorité à Paris demeure la place Vendôme. C’est simple, on ne compte pas le nombre de marques au mètre carré. Aussi, lorsqu’on découvre les images de ce braquage, on est vraiment surpris. Tout d’abord, cela se passe en pleine journée. Ensuite, quelques minutes leur suffisent pour déborder un maximum de bijoux. Dans l’équipe d’Objeko, personne n’ose imaginer le traumatisme des vendeuses de chez Chanel. Habituées à recevoir des clients prestigieux, elles pensaient être en sécurité. Visiblement, tout a bien été préparé en avance. Pire encore, le quatuor de malfaiteurs n’aurait pas visé cette boutique au hasard. Oups… mais que s’est-il passé ? Nos experts font le point et a d’importantes révélations à vous faire !

Un samedi pas comme les autres

Lorsqu’il poste cette vidéo sur la Toile, cet anonyme n’a pas conscience pas encore qu’elle va faire le tour de la Toile et des rédactions. En effet, pour annoncer la nouvelle, les chaines d’informations en continu n’hésitent pas à la diffuser en boucle. Sait-on jamais, peut-être que quelqu’un a des renseignements supplémentaires sur ces quatre hommes ? Ce qui choque, c’est qu’il semblerait qu’ils aient des *rmes. Comment lutter contre ça ? Même les vigiles de Chanel n’ont sans doute rien vu venir. Pourtant, dans cette rue, des incidents de ce genre, il y en a eu. Après avoir déjoué tous les dispositifs de sécurité mis en place par la direction, décision est prise de le faire en milieu d’après-midi. C’est tout simplement… fou !

Pour l’heure, la seule chose positive qui ressort de cette affaire, c’est qu’il n’y aucun blessé à déplorer. En tant que fan de films à suspense, on sait que des drames arrivent souvent. Par contre, question préjudice moral, les employés de ce magasin Chanel ne sont pas près de s’en remettre. En découvrant le montant des pertes et quel bijoux ont été ciblés en priorité, on ne peut pas s’empêcher de faire un lien avec… qui ou quoi, la réponse, Objeko vous la donne tout de suite !

Entre Chanel et le cinéma, c’est la rupture ?

Sur le plateau de TPMP, on dispose toujours les informations avant les autres. On se rappelle que Cyril Hanouna avait réussi à obtenir un entretien exclusif avec les Daltons. Si vous ne vous souvenez pas, il s’agissait d’un gang lyonnais qui commettait des méfaits à répétition. Traqués sans relâche par la police, ils n’ont pas hésité à venir les narguer à la télévision. Certes, ils étaient masqués, mais quoiqu’il en soit, ça reste un coup d’éclat pour Baba.

À sa table, un journaliste a enquêté sur le récent braquage de la la bijouterie Chanel. Plus aguerri à traité des têtes couronnées tant il est amoureux d’Elizabeth II et de Charlène de Monaco, Bertrand Deckers est un peu le Stéphane Bern de C8.  Parmi le butin, il y aurait « énormément de joyaux, plus qu’à l’habitude, puisqu’ils vont parer des stars pour le Festival de Cannes » ! On comprend alors que c’est tout sauf une coïncidence !

La goutte d’eau ?

Et oui chez lecteur d’Objeko, comme chaque année, cette manifestation dédiée au septième art est attendue de pied ferme. Sur le tapis rouge, chaque tenue vestimentaire ou bijou porté appartient à une grande marque. En ce qui concerne Chanel, elle avait signé un contrat avec l’ex-femme de Guillaume Canet. Non, ce n’est pas Marion Cotillard ! Sans que l’on sache d’où lui vienne cette information, le docteur a déclaré. « Il a notamment été dérobé une paire de boucles d’oreilles énorme que devait porter Diane Kruger. Elle ne les portera donc pas » Aïe… ça pique !