Une chroniqueuse de TPMP, menacée de décapitation, elle lance l’alerte, « Avec ou sans moi »

Les chroniqueurs de TPMP sont très souvent la cible de messages de haine et de violentes attaques sur la Toile. Pourtant, pour Christine Kelly s'en est trop, elle réagit sur la Toile suite aux récentes menaces de "décapitation" qu'elle a reçues.

© C8

Décidément, le temps est à l’orage pour certains chroniqueurs de TPMP. Après Bernard Montiel et Valérie Bénaïm, une autre habituée de l’émission déclare aujourd’hui être l’objet de violentes attaques sur la Toile. Cependant, pour Christine Kelly, les choses sont allées beaucoup plus loin. En effet, elle a récemment reçu des menaces de « décapitation ». Objeko vous explique tout dans les moindres détails.

TPMP : pour Christine Kelly, la situation va trop loin

Une exposition parfois difficile à gérer

Depuis l’avènement des réseaux sociaux, il existe une vraie libération de la parole. Si dans certains cas, cela permet véritablement de faire avancer les débats, il faut bien reconnaître que les menaces et les insultes sont également très fréquentes sur la Toile. Anonymes ou célébrités s’exposent effectivement aux réactions des haters lorsqu’ils s’expriment publiquement. Mais pour les stars de la télévision comme les chroniqueurs de TPMP, cela prend parfois des proportions beaucoup plus alarmantes. Une situation que Christine Kelly ne connaît que trop bien.

En effet, l’ancienne membre du CSA et présentatrice de Cnews doit régulièrement faire face à des messages de haine. Ce 18 novembre 2021, la collaboratrice de TPMP acceptait ainsi d’en dire plus sur la question. Un sujet qui est très souvent débattu dans l’émission de Cyril Hanouna comme c’était d’ailleurs encore le cas ces derniers jours. Il y a peu, Bernard Montiel expliquait effectivement avoir été la cible d’attaques après ses déclarations dans le cadre de la faire autour d’Ary Abittan. Certains internautes lui reprochaient ainsi d’avoir fait un portrait trop élogieux du célèbre comédien accusé aujourd’hui d’avoir abusé d’une jeune femme. Immédiatement après sa prise de parole, l’ex-animateur de TF1 a malheureusement dû faire face à une véritable vague de haine.

Un cas loin d’être isolé

Dans cette longue liste de chroniqueurs de TPMP qui ont connu la même situation, Valérie Bénaïm racontait cette semaine avoir vécu le même type de débordements. Pour elle, tout a commencé après une discussion musclée avec un célèbre rappeur sur le plateau de C8. Une fois cette séquence diffusée à l’écran, elle recevra des menaces de mort en l’obligeant à prendre des mesures draconiennes. Elle expliquait avoir été contrainte de s’adjoindre les services d’un garde du corps afin de parer à toute éventualité. Très émue à l’évocation de ce souvenir, l’acolyte de Cyril Hanouna avait même eu du mal à retenir ses larmes lorsqu’elle revenait sur ce traumatisme.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Christine Kelly (@christine_kellylea)

Mais en ce 18 novembre 2021, c’est une autre personnalité emblématique de TPMP qui fait des révélations sur ces comportements excessifs de la part de certains internautes. Sur son compte Twitter, Christine Kelly a effectivement choisi de dénoncer une nouvelle fois ces agissements absolument intolérables : « La volonté de me voir décapitée, la détermination de me l’envoyer par mail ne changera rien aux idées des uns et des autres. Chacun reste libre. Avec ou sans moi ». Un message qui en dit long sur sa motivation à ne pas se laisser déstabiliser par ces agressions répétées.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Christine Kelly (@christine_kellylea)

TPMP: La liberté d’expression

Aussi, ce n’est pas la première fois que Christine Kelly tire la sonnette d’alarme autour de la question. Il y a deux ans, la chroniqueuse de TPMP avait déjà publié un message dans lequel elle exprimait sa plus vive inquiétude : « Qui a déjà survécu à des mois ou semaines de menaces de mort en travaillant ? Merci pour vos témoignages. Ça peut aider ? ». Une époque durant laquelle elle était également au cœur de toutes les attentions en raison de la même problématique. Cependant, ni sa prise de parole sur Twitter ni le soutien de Marlène Schiappa, la ministre chargée de la citoyenneté n’ont finalement changé quoi que ce soit puisque son calvaire a perduré.

Néanmoins, Christine Kelly avait bien conscience depuis très longtemps que son exposition médiatique la plaçait dans une situation propice à ce type de problèmes. Lorsqu’elle prenait ses fonctions sur Cnews dans son émission qui connaîtra un succès important, elle précisait ainsi prôner la liberté d’expression en toute circonstance à condition de respecter certaines règles. Il n’est effectivement pas concevable pour elle d’entraver une parole libre sans bien évidemment accepter des menaces de mort ou toute autre démonstration de violence. Elle rappelait qu’il existe des lois en la matière. En tout cas, voici une preuve de plus que l’exposition médiatique n’a pas toujours que des bons côtés. Un état de fait que connaissent d’ailleurs particulièrement bien les collaborateurs de TPMP qui très régulièrement le constatent à leurs dépens. Des exemples qui démontrent que, quel que soit le sujet, certains détracteurs n’ont aucune limite quand il s’agit de partager leur opinion.