Variant BA.5 : le nouveau symptôme, il faut agir vite

Quelles sont les particularités des symptômes des nouveaux sous variants d'Omicron ?

©capture facebook

Ces dernières semaines, on observe un rebond des cas de Covid. Le bilan du 22 juin comptait 78.000 nouveaux cas. Plus précisément, ce sont des sous variants d’Omicron qui se propagent : BA.4 et BA.5. Le 15 juin, Santé Publique France déclarait que BA.5 remplaçait progressivement BA.2. En effet, les variants émergents sont surveillés de très près ces derniers jours.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Qare (@qare.fr)

Des sous-variants avec plus de symptômes

Avec ces sous variants, les probabilités de développer des symptômes sont grandes. D’après les analyses de Santé Publique France, sur 300 cas de BA.4 et BA.5, seulement 3 % sont asymptomatiques. Avec le Covid, on dénombrait beaucoup plus de malades sans symptômes.

Mais quels sont les principaux symptômes résultant des sous variants d’Omicron ? La fatigue, la toux, la fièvre, les maux de tête et le nez qui coule. Ce sont donc les maux les plus fréquents dont souffrent les personnes atteintes des sous variants émergents. Mais les investigations de Santé Publique ont révélé d’autres éléments intéressants. À savoir que la perte du goût, de l’odorat, les nausées, vomissements et la diarrhée sont plus probables de se manifester avec BA.4 et BA.5 qu’avec BA.1.

En outre, tous ces symptômes, les fréquents et les moins fréquents, se manifesteraient plus longtemps chez les personnes touchées. La durée moyenne est évaluée à 7 jours avec ces nouveaux sous variants contre 4 jours avec BA.1. Quant au taux d’hospitalisation, il n’est heureusement pas plus élevé. Concernant les malades du BA.4 et BA.5, le président du syndicat des médecins généralistes a déclaré que les symptômes sont plus marqués et les fièvres se révèlent intenses et prolongées. « On s’interroge sur la sévérité de ce nouveau variant, même chez les vaccinés » a-t-il confié.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par euroClinix Suisse (@euroclinixfr)

Des sous variants identifiés en Afrique du Sud

Une chose est sûre, BA.4 et BA.5 prennent de l’ampleur ces derniers jours en France. Ces sous-variants d’Omicron ont été identifiés début avril en Afrique du Sud. Depuis, ils n’ont pas cessé de se développer jusqu’à remplacer BA.2 dans ce pays. Au Portugal, ces souches sont également majoritaires et en France, elles pourraient le devenir. En effet, BA.5 représente 24.5 % des cas et BA.4 3.7 %. Mais comment expliquer cette propagation rapide ? En fait, notre immunité ne cesse de vieillir et les sous variants profitent de ce phénomène pour se propager de plus en plus rapidement. BA.5 et BA.4 se développent plus vite que BA.2 car ils sont plus contagieux et échappent à l’immunité. Tout cela explique cette vague de propagation.

Comme je vous le disais précédemment, les sous variants BA.4 et BA.5 présentent des symptômes qui durent plus longtemps : 7 jours en moyenne. À savoir également : sur 300 cas, 42 malades ont déjà été infectés par le Covid-19, 1.4 % ont reçu une dose de vaccin, 38.4 % ont reçu deux doses, 39.4 % 3 doses et 20.9 % aucune dose.

Mais alors, faut-il craindre une nouvelle vague ?

Même si le nombre de cas de Covid est toujours en baisse ces dernières semaines, il y a bien une recrudescence de cas positifs dans notre pays depuis quelques jours. C’est le cas depuis l’apparition de ces fameux sous variants d’Omicron. Malgré cela, une nouvelle vague n’est pas encore à craindre. Cependant, selon un infectiologue interrogé par Europe 1, l’augmentation du nombre de malades peut entraîner une hausse du nombre d’hospitalisations dans les semaines à venir. Cet indicateur va donc être surveillé de près par les autorités sanitaires. Actuellement, nous pouvons être sereins car les hospitalisations quotidiennes sont en baisse en France. Et en ce qui concerne le nombre d’admissions en soins intensifs, il stagne à 49 par jour en moyenne. Nous pouvons donc garder espoir de passer un été tranquille, sans masques, sans pass vaccinal et sans entendre des nouvelles toujours plus alarmantes à la radio.

Et pour profiter pleinement de vos vacances d’été, restez tout de même vigilant. Surtout si vous avez une santé fragile ou si c’est le cas de l’un de vos proches, n’hésitez pas à vous protéger lors des activités en groupe. Ainsi vous réduirez considérablement les risques d’être contaminé par un des sous variants d’Omicron. Mieux vaut prendre quelques précautions plutôt que de passer votre semaine de vacances cloué au lit !